• Directeur général, Dean, Education, Business school, Leadership, Management, Innovation, Keynote Speaker / conférencier

Contact

Situation professionnelle

En poste
Ouvert aux opportunités

Présentation

Diplômé de l’ESSEC, docteur en psychologie, docteur en philosophie, et titulaire d’une habilitation à diriger des recherches (HDR) en sciences de gestion.

Directeur général de Grenoble Ecole de Management (GEM*).
Élu en juin 2017 Vice-président de la Conférence des Grandes Écoles (CGE) ; élu en mai 2014, et réélu en mai 2016, Président du Chapitre des grandes écoles de management.

Directeur de la Pédagogie (2001-2012), Directeur de la Recherche (2001-2011) ; Doyen du Corps Professoral (2000-2009) ; Directeur de la Doctoral School (2006-2011) (programmes DBA et PhD) ; Directeur adjoint de GEM (2004-2012), Loïck Roche a commencé sa carrière comme consultant puis dirigeant d’un cabinet conseil.

Spécialiste du management, du leadership, du bien-être des personnes et de la performance des organisations. À l’origine en France, avec John Sadowsky, du concept de Slow Management, et du lien entre storytelling et leadership authentique, auteur ou coauteur d’une trentaine d’ouvrages et essais, il est le créateur de La Théorie du Lotissement (ouvrage publié aux PUG, 2016).

* GEM a été créée en 1984 sur un positionnement unique : management technologique, innovation, entrepreneuriat (MTIE).
Notre mission : accompagner la performance des entreprises.
Notre vision : faire plus que de la formation et de la recherche. Devenir une des business schools les plus influentes en Europe, avoir un impact sur le monde de l'enseignement en sciences de gestion, sur les entreprises et sur la société.
Une stratégie d'alliances : devenir une marque de référence en MTIE et réussir à passer d'une "Business School" à une "School for Business for Society".
Notre ambition la plus haute : contribuer au bien-être de la société et donc à son progrès.

GEM est accréditée AACSB, EQUIS, AMBA ; budget 2016 : 60 M€ ; nombre d'étudiants (formations initiales et Executive Education) : 8500 ; nombre de collaborateurs : 450 ; nombre d'intervenants : 900 ; nombre d'heures d'enseignement par an : 55000.

Loick Roche is currently Dean & Director General of Grenoble Ecole de Management (Grenoble Business School) - accredited EQUIS, AACSB, AMBA. This French Graduate Business School has over 8500 students and offers programs ranging from Masters’ Degrees (MSc, MIB, MBA) to DBA and PhD – notably in the fields of management technology, innovation and entrepreneurship.

Graduate of ESSEC Business School, he holds a Ph.D. in Psychology, a Ph.D. in Philosophy and a post-doctorate degree (HDR – Accreditation to supervise Research) in Management Sciences. He began his career as a Consultant in HR and Organizations in 1988.

In 1990, he founded a consulting firm in Organizations and Management.

In 1995, he joins Grenoble Ecole de Management as a research faculty member. Since 1995, he also held the positions of Management and Technology Department Manager (1996 -2000); Faculty Dean (2001 - 2009); Associate Dean for Academics, Research and Faculty (2002 - 2012); Associate Director (2004 - 2012); Director of the Doctoral School (2006 - 2011); Vice-Dean (2011 - 2012). Since the 1st July 2012, he is Dean and Director of Grenoble Ecole de Management. He was elected in May 2014 and reelected in May 2016 President of the group of the French business schools.

Expert in leadership and management, well-being at work, performance of businesses. He is author or co-author of over thirty books.

Compétences

  • 2015, GEM INTÈGRE LE TOP 20 EUROPÉEN (Classement du Financial Times). EN 2016, GEM PROGRESSE À LA 17e PLACE.
  • 2016, LE MBA FULL TIME DE GEM EST CLASSÉ 94e AU NIVEAU MONDIAL (classement du Financial Times). EN 2017 GEM PROGRESSE DE 2 PLACES (92e). Dans ces 2 classements GEM est classée 4e école française derrière INSEAD, HEC, EDHEC. 2017 toujours, selon America Economia, le MBA de GEM est classé 23e au niveau mondial et 3e en France derrière HEC et EDHEC
  • 2016, LE MASTER IN MANAGEMENT DE GEM EST CLASSÉ 13e AU NIVEAU MONDIAL (Classement du Financial Times). Dans ce même classement, GEM est classée 4e école française derrière HEC, ESSEC, ESCP Europe
  • 2016, GEM EST CLASSÉE 5e ÉCOLE FRANÇAISE (Classement Le Figaro)
  • 2017, LE PROGRAMME BACHELOR DE GEM EST CLASSÉ 1er en FRANCE (Classement Le Parisien)
  • 2017, CLASSEMENT DE SHANGHAI (en management), GEM 4e ÉCOLE FRANÇAISE derrière INSEAD, HEC, ESSEC
  • PARTENARIATS EMBLÉMATIQUES : Columbia University, Cambridge, MIT
  • ALLIANCES : Membre fondateur de l'Alliance GIANT (Grenoble Isère Alpes NanoTechnologies), Campus mondial d'innovation ; Membre associé de la COMUE UGA ; Membre fondateur de l'Alliance Lyon Grenoble Business School
  • Président du Chapitre des Ecoles de Management
  • Membre du Bureau et Administrateur de la CGE (Conférence des Grandes Ecoles)
  • Administrateur de la FNEGE (Fondation Nationale pour l'Enseignement de la Gestion des Entreprises)
  • Membre du Conseil du campus d'innovation GIANT (Grenoble Isère Alpes NanoTechnologies)
  • Membre du Conseil de la Banque de France pour le département de l'Isère (2014-2017)
  • Membre du Conseil d'Administration de l'ARDI Rhône-Alpes (Agence Régionale du Développement et de l'Innovation)
  • Directeur de la collection « Management et Innovation » (Éditions des PUG)
  • Membre du Conseil de Perfectionnement du Master de Philosophie - Université Aix-Marseille
  • Expert APM (Association pour le Progrès du Management)
  • Titulaire de l'Ordre de la Légion d'honneur (grade de Chevalier)
  • LinkedIn Top Voices 2016, Classement des contributeurs les plus influents de l’année sur LinkedIn. 48 500 abonnés.
  • Contributeur officiel Forbes France
  • "Professor of the Week" in the @ftbuseducation @RocheLoick Dean of @Grenoble_EM "It's time to rejuvenate the tarnished reputation of #research", says Dean @RocheLoick in the Financial Times. http://www.ft.com/intl/cms/s/2/4217e630-f3a3-11e2-b25a-00144feabdc0.html#axzz2lCmBQOZ5
  • "Word of the Day" @RocheLoick Dean of @Grenoble_EM defined the term of the day "Slow management" for @FTLexicon http://t.co/rqUWFvBZFV
  • Membre du rotary – club de Grenoble – Président (2014-2015) ; nommé Gouverneur du district 1780 (2019-2020)
  • La liberté de penser
  • Penser (l') innovation
  • Leadership et qualité de vie au travail
  • Storytelling et leadership
  • La féminisation du leadership
  • Le Slow Management
  • Le courage dans le management
  • Ethique et responsabilité des politiques
  • Bien-être au travail et performance des organisations
  • Responsabilité sociale des entreprises
  • Ethique et morale dans l'entreprise
  • Peut-on former aux valeurs de l'humanisme ?
  • Intelligence émotionnelle : performance individuelle et collective
  • Relations privées vs relations professionnelles sur le lieu de travail
  • Le bonheur au travail
  • Résilience et performance du dirigeant
  • Conférence "Ethique et responsabilité des politiques", Meylan, 9 mai 2017.
  • Conférence "Pourquoi les femmes sont supérieures aux hommes", Inner Wheel, 9 mars 2017, Grenoble.
  • Conférence "Éloge du bien-être au travail", Think Tank AkorConsulting, 24 novembre 2016, Paris.
  • Conférence "Culture générale et performance du management", Forum Lyonnais des grandes écoles de management, Espace Tête d'Or, 16 novembre 2016.
  • Conférence "Nouvelles pratiques managériales", Université des managers, Caisse d'Epargne Rhône-Alpes, Lyon, 13 octobre 2016.
  • Conférence "Le bonheur au travail", 70 ans du Club Rotary Chamonix Mont-Blanc Megève, Cordon, 2 octobre 2016.
  • Conférence "La liberté de penser", Assemblée de district du Rotary, Centre des congrès, Grenoble, 8 avril 2016
  • Grand témoin, "Le monde digital nous bouscule", Rencontres du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes, Alpexpo Alpes Congrès, 5 avril 2016.
  • Table ronde avec M. G. Fioraso et G. Karsenti, "Le leadership à l'ère de la digitalisation", HP Disruptive Day, Alpexpo Alpes Congrès, 17 mars 2016.
  • Conférence : "Au-delà du management", Agence de Conseil Interne du Groupe Orange, 9 octobre 2015.
  • Conférence "Le leadership", managers de la Banque de France de la Région Rhône-Alpes, Lyon, 16 septembre 2015
  • Conférence : "La qualité de vie au travail : comment mieux intégrer l’impact humain en période de transformation", Convention des managers de la banque de France (région RA), Lyon, 16 septembre 2015.
  • Conférence "Leadership et qualité de vie au travail", dans le cadre de "la semaine de la qualité de vie au travail à destination des collaborateurs de la Société Générale’', 17 juin 2015, Paris.
  • Forum PMI, 26 mars 2015 : Grenoble, 2e ville européenne la plus innovante : un écosystème tourné vers l’innovation. Table ronde avec Eric PIOLLE, Maire de Grenoble, Jean-Pierre VERJUS, Conseiller du Directeur d’Inria et porteur de Digital Grenoble, Loïck ROCHE, Directeur de Grenoble Ecole de Management.
  • Intervention - Air France (siège Roissy), Le Slow Management, 13 mars 2015.
  • Conférence "Le management est mort, les hommes l'ont tué", dans le cadre des rencontres "Meet the Expert", GEM, Campus de Paris, 64 rue du Ranelagh, 75016. 15 janvier 2015. Et à GEM le 17 mars 2015 à 18.00. http://tv.grenoble-em.com/fr/gem/meet-the-expert-17-03-2015
  • Conférence "La diversité. Quand la différence peut faire… la différence". Malakoff Médéric, Université d'Automne, Talmont Saint-Hilaire, 6 octobre 2014.
  • Conférence "Ethique et Management", 7e congrès régional FHF Pays de la Loire, 5 septembre 2014. "Ethique en santé, du concept aux pratiques"
  • Conférence "La fin du management ?", XXIIe Journées ­nationale de­ l’ADH, 20­ et­ 21­ mars­ 2014, Parc ­floral­ de­ Paris,­ bois ­de Vincennes.
  • Conférence : "Le Management est mort, vive le leadership !", AG de l'ANDRH 38, 30 janvier 2014.
  • Conférence "Le Slow management" - Réseau Alternatives, Lille, 19 septembre 2013.
  • Conférence "Le bien-être au travail", EHESP, 3 octobre 2013.
  • Intervention-débat "La santé au travail", MEDEF IdF, 6 décembre 2013.
  • Conférence "Le bien-être au travail", EHESP, 3 octobre 2013.
  • Conférence sur "La gestion du stress et les RPS" pour Groupama, 3 juillet 2013.
  • Communication "Against the foolishness of the "all goes well": Lacan and the positive mission of management", Colloque "Re-working Lacan at work", ESCP Europe, 14-15 juin 2013.
  • Intervenant dans le cadre du TEDx Grenoble. "La ville de demain sera humaine ou ne sera pas" - 19 janvier 2013. http://www.youtube.com/watch?v=6vXfmS_beDk
  • 2 Conferences, University of Cambridge, Advanced Management Program (AMP), (1) "Management in the Light of Psychological Theory" ; (2) "Rethinking Management", July 7, 2012.
  • Conférence et débat avec André Comte-Sponville (philosophe) et Paul-Henri Antonmattéi (juriste), dans le cadre de la soirée économique de l'année, pleinière prestige du CJD Midi-Pyrénées, Toulouse, 13 juin 2012.
  • Facilitator "Management Education Forum: Developping High-Impact Collaborations", and Session Leader "Collaboration Objectives", AACSB, Tampa, May 31 - June 1, 2012.
  • Conférence "Les relations au travail", dans le cadre de la plénière de la section du centre des jeunes dirigeants (CJD) de Chartres, 10 mai 2012.
  • Conférence "Eloge du bien-être au travail", pour les DCF (Directeurs Commerciaux de France), Grenoble, 23 mars 2012.
  • Conférence "Le Slow management", dans le cadre de la conférence annuelle EFE, 24 janvier 2012, Intercontinental, Grand Hôtel, Paris 9e. http://management.efe.fr/2012/10/02/slow-management-loick-roche/#autostart
  • Conférence "Slow management, bien-être des personnes et performance des organisations", 10 janvier 2012, pour la Métro (Communauté d’agglomération Grenoble-Alpes).
  • Conférence "Slow management", 13 octobre 2011, CCI Grenoble – Conférence organisée par la compagnie des RH avec le partenariat d’Ecobiz RH et Management.
  • Conférence "Le Bien-être au travail", Université d’été de la délégation Alsace-Moselle du CNFPT, Mittelwihr, 8 & 9 septembre 2011.
  • Intervention "Bien-être au travail et performance des organisations », 20 octobre 2011, au Café RH – Librairie Decitre, Grenoble.
  • Conférence "Le Slow management – Nouvelle approche du management et de la performance en entreprise", Club Management & Marketing, Assemblée Générale, 9 juin 2011.
  • Table ronde, 30 novembre 2011, à la Haute École de Gestion Arc à Neuchâtel, en partenariat avec le magazine des RH "HR Today", sur le thème des relations au travail.
  • Visio-conférence "How to stimulate scientific production among academics: The GEM experience", Saturday December 17, 2011. Birzeit University.
  • July, 2010, July 2011, July 2012, Cambridge, Advanced Management Program (AMP), Rethinking Management. July 2014, Cambridge, Trinity College, AMP, Psychology & Management.
  • March, 2010, March 2011, May 2012, May 2013, Sup de Co Marrakech, Emotional Intelligence
  • Février 2009, Université Babes-Bolyai, Faculté de sciences économiques et gestion des affaires, Cluj-Napoca, Roumanie, Psychologie et Management
  • May, 2004; December, 2004, Université Saint Joseph, Beyrouth: Introduction to Management
  • June 2003, July 2004, ESCA, Casablanca, Morocco: Collective and Personal Efficiency. April 2010, Motivation. March, 2012, April 2013, March 2014, November 2014, November 2015, November 2016, Storytelling & Leadership
  • December, 2002, Université Saint Joseph, Beyrouth: Psychological Impacts of NTIC
  • December 2002, Moldova: Organizational Behavior & Interpersonal Communication
  • June 2002, Masters on HRM, University of Newcastle: HRM in France
  • Roche L., (2016), La Théorie du Lotissement, Les clés pour réussir le monde de demain, 100 p., Editions des PUG.
  • Roche L. (2015), Le rire de la Joconde, Essai sur le suicide, 90 p., Cordes-sur-Ciel, Éditinter Eds.
  • Roche L., Sadowsky J., Steiler D., (2010), Le Slow Management, Éloge du Bien-être au travail, 2e édition, 96 p, Grenoble, PUG. Dernière réédition : mars 2016.
  • Roche L., Sadowsky J., (2009), Les 7 règles du Storytelling : inspirer et transformer vos équipes par un leadership authentique, 165 p., Paris, Pearson. Roche L., Sadowsky J., (2013), Las siete reglas del Storytelling, Inspire a su equipo con liderazgo auténtico, 168 p., Barcelona, Granica. (Trad. ouvrage paru en 2009).
  • Delmas J., Leccia F., Roche L., (2007), Le management à l’école du rugby, 220 p., Paris, Dunod.
  • Roche L., (2007), L’amour infidèle, 126 p., Bordeaux, Éditions Le Bord de l’Eau.
  • Roche L., (2006), Cupidon au travail, 160 p., Paris, Éditions d’Organisation. Roche L., (2008) Cupido al lavoro, 153 p., Roma, Castelvecchi. Roche L., (2009) Google en livre numérique. Roche L., (2014), La loi de Cupidon, Livre électronique, Éditions Atlantico.fr.
  • Roche L., (2004), Chacun est libre de réussir sa vie, 184 p., Paris, Village Mondial.
  • Roche L., (2004), La Volonté, 284 p., Paris, L’Harmattan.
  • Chatelain Y., Roche L., (2000), Marketing et Cybercriminalité, 160 p., Paris, Hermès.
  • Grange T., Roche L., (1999), Innovation et Technologie, 175 p., Paris, Maxima.
  • Chatelain Y., Grange T., Roche L., (1999), Travailler en groupe avec les NTIC, 160 p., Paris, L’Harmattan. (2010) Google en livre numérique.
  • Grange T., Roche L., (1998), Management et Technologie, 259 p., Paris, Maxima.
  • Michalon D., Roche L., (1997), De la colère du manager au management de la colère, 147 p., Paris, ESKA.
  • Michalon D., Roche L., (1997), L’entreprise sans la psychologie, 229 p., Paris, Maxima.
  • Roche L., (1997), L’Antimanagement, Psychanalyse de la violence dans l’entreprise, 400 p.,Paris, L’Harmattan. (2010) Google en livre numérique.
  • Roche L., (1996), La Comédie du Management, 416 p., Paris, L’Harmattan. (2010) Google en livre numérique.
  • Roche L., (1995), Psychanalyse, Sexualité et Management, 384 p., Paris, L’Harmattan.
  • L. Roche, "Ce que veut dire être un leader aujourd'hui", Grandes écoles et universités magazine, n° 72, septembre 2016.
  • L. Roche, "Is Management Dead?", In Grenoble Business Review Edition 11, April 2015
  • L. Roche, M.Thomas, "Think Fast", BizEd, November/December 2014, pp. 21-22,
  • L. Roche, "Grandes écoles: pourquoi tirer sur ce qui marche ?", Les Echos, mercredi 1er octobre 2014.
  • L. Roche, "Grandes écoles, le temps retrouvé !", Le Figaro Etudiant, mercredi 12 novembre 2014, p. 12.
  • L. Roche "It's time to rejuvenate the tarnished reputation of #research", says Dean @RocheLoick in the Financial Times. http://on.ft.com/1cnhqKG
  • L. Roche & S. Lauria, "Walking the talk: managing a management school", EFMD Global Focus: Volume 07 Issue 03, 2013, pp 44-47 in http://issuu.com/efmd/docs/global_focus_vol_07_issue_03_online
  • L. Roche "Préface" de l"ouvrage écrit par Laurent Lesavre, "Scène de Management : petit manuel du théâtre d’entreprise", Editions des PUG, 2013.
  • L. Roche, "Le slow management, prenez le temps d'aller à la rencontre de vos collaborateurs", IDRH - Regards Croisés, n°41, pp. 9-10, 2013.
  • L. Roche, "Slow Management & RPS", pp. 700-701, in Zawieja P et Guarnieri F, coord. (2014). Dictionnaire des risques psychosociaux. Paris : Le Seuil. 864 p.
  • L. Roche, "Why a Doctoral School in a French Business School", in "Doctoral Knowledge Factory", GEM, 2013 edition.
  • L. Roche, "Préface" de l'ouvrage dirigé par Raffi Duymedjian et Jean-Marc Huissoud, "Manifeste pour une éducation à la paix économique", Editions des PUG, 2012.
  • L. Roche, "Ethics and Management. The essential philosophical and psychological basis of ethical management driven by a progressive company", in "Business Ethics", Edited by P. O'Sullivan, M. Esposito and M. Smith, Routledge, 336 p., 2012.
  • L. Roche, "Le Slow Management, Antidote au stress", L’Expansion Management Review, n°141, Juin 2011.
  • L. Roche, "Le Slow Management, Condition-clé du changement et des réformes", L'ENA hors les murs, Octobre 2011, n°415.
  • L. Roche, "Musculature et Management", Sport et Citoyenneté, n°16, Sept. Oct. Nov. 2011. Article repris dans lemonde.fr http://t.co/ZMA9Qzxj, 27 Octobre 2011.
  • L. Roche, "Confiance et Management", Newsletter Culture et Services, n°9, Septembre 2011.
  • "Comme les équilibres de Mirô, de loin le management cela tient, de près, beaucoup de vide", des vides emplis aussi de souffrance.
    Des hommes et des femmes en souffrance, mais aussi, comme une lettre serait en souffrance, en attente de destination.
    Seulement voilà, la destination, c’est là où ça arrive, l’endroit où l’on se rend, à entendre l’endroit où l’on dépose non plus les armes mais les larmes.
    Qu’est-ce qui c’est passé, qu’est-ce qui s’est passé pour qu’il ne soit plus soudain que question que de souffrance. Que c’est-il passé pour qu’on reprenne ce cri : Assez !

    S’il ne devait y avoir qu’un seul livre de management sur les bureaux des dirigeants, managers, ce devrait être le mythe de Sisyphe. 1ères lignes, 1ère page, la seule question de la philosophie, c’est la question du suicide, juger que la vie vaut ou non la peine d’être vécu... Le mythe de Sisyphe, c’est le travailleur d’hier. Rouler son rocher…
    Mais voilà toute la démonstration de Camus est qu’il nous faut imaginer Sisyphe heureux. Pourquoi, car les hommes comprenaient alors le sens de leur travail, et les patrons savaient que les hommes et les femmes qu'ils dirigeaient avaient besoin de reconnaissance.
    Aujourd’hui dans la souffrance qui est la sienne, "entre l’appel désespéré qu’on entend pas, qu’on ne veut pas entendre et le silence déraisonnable du monde" (Camus), l’homme fait l’expérience de l’Idiot de Dostoïevski, des Samouraï de Kurozawa, il fait l’expérience qu’il peut être rien.
    Alors tout s’écroule.

    Pour qu’une entreprise fonctionne, il faut commencer par le commencement, une organisation, cela permet de faire du management, et le management, cela permet le progrès des hommes et des femmes.
    Seulement voilà, le maillon management a cassé. Pire ! je vous le dis, le management est mort parce que les hommes l’ont tué
    Par abandon des notions de commandement, de respect de la règle, de contrôle
    Par non reconnaissance de la peur, de son incompétence… à manager. On manque cruellement de managers sachant manager. Une peur qui origine des réactions de violence, d'isolement du manager dans son bureau…
    Par capitulation devant la violence de certains syndicats, qui se comportent parfois en caïds (là où l’on trouverait de vraies sources de harcèlement, intimidations…)
    Bref une liste à la Prévert, … qui ne s’achève pas sur le raton laveur mais sur la… lâcheté en toute fin de la peur de mourir. Peur qui fait empêchement trop souvent à recruter plus fort que soi. Peur qui fait empêchement trop souvent à préparer sa succession. Peur qui fait tout simplement empêchement à vivre.

    Si l’on veut transformer ces lignes de mort en lignes de vie, il faut reprendre, retisser, bout par bout, fil après fil, ce qui est désormais délité pour redonner consistance à ce qui doit être tapisserie commune au sein des entreprises.
    Il convient, et pas uniquement dans les mots, et pour de bon cette fois, non de faire semblant d’y aller, s’attaquer aux effets, là où on ne fait jamais qu’illusions, mais de s’attaquer aux causes et donc de mettre les hommes et les femmes au centre des organisations.

    Il faut comprendre que le management, avant tout autre chose, c’est physique. "L’intellectuel, dehors ! On s’en fiche bien". Aucune théorie n’a jamais guéri aucune angoisse, aucune névrose (F. Giroud). On peut tout connaître des théories du management et être un piètre voire un manager dangereux.
    Il faut comprendre que les hommes et les femmes ont besoin de sens et de reconnaissance.
    Il faut comprendre qu’au-delà du management, et des risques mortifères pour les organisations dès lors qu’elles sont sur-managées, ce qu’il faut avant tout c'est réinstaurer du leadership.

    Le management est mort, vive le leadership…
  • Je mesure la joie de m’adresser à vous aujourd’hui, journée de GALA de l’ESC Grenoble, école phare de Grenoble Ecole de Management.

    Je tiens l’enseignement, les lieux d’enseignement et naturellement, l’enseignement supérieur, comme ce qu’il y a de plus haut car il constitue les fondements sur lesquels pourront être bâties les entreprises, les organisations, la société de demain.

    ————

    Pour être diplômés de l’ESC Grenoble, il ne faut pas vous y tromper. Vous avez accompli un parcours incroyable. Après avoir été reçu au concours, plus de 15000 candidats chaque année pour l’ensemble des concours qui permettent d’intégrer l’ESC Grenoble !
    Vous avez assimilé les connaissances indispensables de l’ensemble des disciplines en sciences de gestion.
    Vous avez développé des expériences en entreprise, à l’international.
    Vous avez appris à intégrer dans vos réflexions les grands mouvements : géopolitiques, géoéconomiques. Par votre présence lors des conférences organisées à GEM, par vos lectures, par votre travail personnel, par votre travail en équipe, vous avez développé une vraie musculature intellectuelle.

    Vous avez appris à travailler en réseau, à rechercher la bonne information. Vous avez acquis une pensée critique. Surtout, vous êtes devenus d’incroyables entrepreneurs. Qu’est-ce qu’une école supérieure en management, c’est une école qui forme des entrepreneurs. (Création, reprise d’entreprise, être entrepreneur dans chacune des fonctions que vous occuperez demain dans l’entreprise, que certains déjà occupent aujourd’hui, plus simplement être entrepreneur de votre vie).

    ⇨ Je voudrais profiter de ce moment pour, si vous le permettez, vous adresser 3 messages.

    ⇨ Le premier, il est très simple ; il consiste à vous dire... Bravo.
    Vous dire que c’est un moment rare, peut-être même un moment unique.
    Rare, et peut-être unique, car ce n’est pas tous les jours que l’on est diplômé d’une grande école. Il est important de célébrer ce moment. On apprend tellement aussi de la réussite, des succès.

    ⇨ Qu’allez-vous faire de cette liberté ? Qu’allez-vous créer, à quelles innovations allez-vous attacher votre nom ? Quelle marque sur le monde allez-vous laisser ?

    ⇨ Dans cette tension qui sera la vôtre entre votre métier, votre expertise, vos responsabilités — dans cette autre tension entre la gestion de la complexité qui relève du management et la direction qui relève du leadership — je formule le vœu que vous restiez fidèles à cette part de rêve, aux désirs les plus profonds dont vous êtes porteurs.

    ⇨ L’héroïsme moderne, c’est exactement cela ! Assumer le principe de réalité, son métier, ses expertises, ses responsabilités, sans jamais renoncer à ses désirs.

    ⇨ Le deuxième message que je voudrais vous adresser, c’est vous rappeler, si besoin était, l’importance de l’ESC pour GEM. L’ESC est une école extraordinaire. C’est grâce à l’ESC, à son management, à son directeur, JFF, à sa directrice adjointe, BN, à ses équipes, aux enseignants, aux administratifs de GEM, aux professionnels et intervenants externes, aux étudiants bien sûr, aux diplômés d’hier, et désormais grâce à vous, diplômés d’aujourd’hui, que GEM a pu s’imposer comme une des toutes premières écoles en Europe.

    ⇨ Il n’y a que très peu d’écoles dans le monde qui — en exactement 30 ans — ont pu se hisser à un tel niveau de qualité, de visibilité et de notoriété.

    ⇨ Pour autant, nous ne sommes qu’au début de notre histoire. Si nous pouvons tous participer à faire encore grandir GEM, vous, nouveaux diplômés, et déjà anciens désormais, vous avez une responsabilité toute particulière. C’est parce qu’une école possède un fort réseau des anciens, un réseau capable de convivialité, de solidarité, d’accompagnement de ceux qui un jour peuvent connaître des difficultés professionnelles, un réseau capable d’accompagner le développement de l’école, des anciens capables de participer à la gouvernance de l’école, que GEM deviendra une marque et entrera dans l’histoire.

    ⇨ Tout autant, nous allons continuer à travailler, à travailler et encore à travailler, pour faire grandir plus encore GEM. Pour points de repère : un bâtiment de 10000 m2, en complément de ce bâtiment, sera disponible dès 2016. Celui-ci sera complètement intégré à GIANT, ce campus de l’Innovation dont GEM avec le CEA et GINP est un des fondateurs. Nous avons désormais un campus sur Paris. Dans le même temps, nous travaillons pour muscler plus encore notre présence à l’international. Nous regardons les possibilités de croissance externe. Nous sommes force de proposition pour travailler avec l’EM Lyon.

    ⇨ Important, après les 2 premières étapes de notre développement : 84-95, être une très bonne école française, 96-2013, être une très bonne école européenne, aujourd’hui, nous ambitionnons de faire + que de la formation et de la recherche. Nous agissons pour devenir UNE des business schools les plus influentes. Par notre impact, nous voulons inspirer le monde de l’éducation, le monde des entreprises et, au-delà, l’ensemble de nos parties prenantes au premier rang desquelles la société.

    ⇨ Soucieux d’aider les étudiants au cours de leur scolarité, nous avons créé un fonds de dotation. Celui-ci, directement accessible à partir de la page d’accueil de notre site internet, poursuit un objectif, récolter des fonds pour proposer des bourses aux étudiants. C’est là un objectif premier parce qu’indispensable. Nous voulons, à l’image de ce qui se fait dans les meilleures business schools du monde, pouvoir, au jour de l’inscription, proposer un plan de financement adapté et personnalisé à chacun de nos élèves avec un système de bourses qui soit un véritable appui.

    ⇨ Le troisième message sera aussi mon point conclusif. Je le formulerai sous la forme d’un vœu. Je voudrais que vous sachiez toujours, une fois passées les clameurs de cette très belle journée et très belle soirée à venir, entendre, au plus profond de vous-même, cette petite voix qui vous demandera de toujours prendre grand soin de vous. Grand soin de vous mais, également, grand soin des personnes que vous serez amenés à diriger. Manager, c’est aussi ménager !

    ⇨ « N’ayez pas peur. N’ayez pas peur d’aimer les hommes et les femmes avec qui vous travaillerez. N’ayez pas peur d’aimer les hommes et les femmes que vous dirigerez. » « Ne craigniez jamais de les faire grandir. Comme vous ne devez jamais craindre de recruter plus fort que vous… » « Car vous-même, vous ne serez jamais aussi grand qu’en ces moments-là ! »

    ⇨ Les organisations, les entreprises, n’ont jamais eu autant besoin d’amour qu’aujourd’hui. Un amour, indispensable oxygène, indispensable nutriment à toute capacité à travailler, à construire ensemble.

    ⇨ Les entreprises, les organisations de demain seront humaines ou ne seront pas. C’est parce que vous, diplômés d’aujourd’hui, vous saurez aimer les hommes et les femmes avec qui vous travaillerez, c’est parce que vous saurez les respecter, que les organisations et les entreprises de demain pourront être performantes.

    Qu’importe que cet amour, parfois, s’exprime de façon maladroite, qu’importe même s’il est imparfait. Le plus important est de donner ce que vous avez en vous de plus fort, et ce que vous avez en vous de plus fort, ce que vous avez en vous de plus précieux, c’est de l’amour.
    Donner de l’amour, c’est éclairer son âme, c'est éclairer les autres autour de vous. Donner de l'amour, c’est permettre à l’autre d’entrer dans la couleur, c’est permettre à ceux que vous dirigerez d’innover, de penser autrement, de remplir une puissance, d'effectuer une oeuvre puissante. Donner de l’amour, c’est déterritorialiser le monde des possibles, c’est donner corps à l’impossible, c’est, "sur-tout"… donner de la joie.

    Je vous remercie,
  • Bonjour à tous,

    2013, bateau ivre rossé par la crise, laisse dans son sillage précarité, chômage, exclusion…

    Vous souhaiter, dans ce contexte très difficile, de belles fêtes de fin d’année, c’est formuler le vœu qu’il vous soit donné de vivre, à vous, à ceux que vous aimez, une éclaircie propice au repos, au être ensemble, éclats de joies du don et contre-don.

    Au cœur des déferlantes ­- réforme de la taxe d’apprentissage, contexte de réduction de la ressource fiscale, situation dramatique de nombreuses institutions de l’enseignement supérieur, … - entre Charybde et Scylla, entre le sacrifice calculé et l’aléatoire, j’ai choisi. Nous défier des poisons de Circé qui voudraient que l’on fasse fi du principe de réalité de notre environnement, nous protéger du chant des Sirènes et principe de plaisir de la mise à la cape.

    Dans la continuité et la cohérence du développement de GEM, j’ai tracé la route à suivre : réussir demain à faire plus que de la formation et de la recherche. Être une des business schools les plus influentes en Europe, un phare pour le monde de l'enseignement en sciences de gestion, les entreprises, la société.

    Je vous donne rendez-vous le 9 janvier pour la cérémonie des vœux. Je vous remercierai pour votre travail, votre implication, votre capacité jamais démentie à avoir su toujours tenir le cap.

    À celles, à ceux qui, plus que d’autres, dans la sphère privée, familiale, souffrent, puissiez-vous vous accrocher bien fort à ce qu’on appelle avec raison la ligne de vie, et tenir, tenir, tenir. À elles, à eux, qui m’ont ouvert leur cœur et confié un peu de leurs larmes ; à elles, à eux, qui accrochent d'autres mains tendues ; qu’il me soit permis ici de les embrasser.

    Loick


    Loïck Roche
    Directeur
    Grenoble Ecole de Management
  • Le slow management
    Eloge du bien-être au travail
    106 p., Grenoble, PUG, 2010
    Roche L., Sadowsky J., Steiler D.

    . Comment peut-on en arriver à se suicider à cause des conditions de travail ?
    . Comment redonner du sens au travail, individuellement et collectivement ?
    . Comment réussir à passer de l’entreprise, lieu de souffrance et de profits à court terme, à l’entreprise, lieu de bien-être et de performance durable ?
    Et si le bien-être était perçu différemment ? Si, au lieu de n’y voir qu’une reproduction idéalisée d’un paradis perdu, nous pouvions y voir la capacité plus réelle de vivre sereinement dans le chaos journalier ? Si le bien-être était moins dans l’obtention d’un « toujours plus » que dans notre capacité à faire face aux situations complexes avec ce qui est à notre disposition ?
    A partir de l’analyse des difficultés et des souffrances de la vie professionnelle, de la compréhension du mécanisme selon lequel des hommes et des femmes peuvent en arriver à se donner la mort, les auteurs de cet ouvrage proposent une vision différente dans laquelle il est possible de mettre en place une nouvelle façon de gérer les dysfonctionnements et d’inventer un nouveau type de management. Ce type de management, garant des conditions de bien-être et de performance, est dénommé slow management.


    Les sept règles du storytelling
    Inspirez vos équipes par un leadership authentique
    163 p., Paris, Pearson, 2009
    Roche L., Sadowsky J.

    La narration d’histoires est au fondement de toute société humaine. En quoi les dirigeants d’entreprises peuvent-ils tirer parti de l’art du storytelling ?
    Comment utiliser au mieux cet outil au service du leadership et réunir les personnes autour d’idées fédératrices, les inspirer et, ainsi, les influencer durablement tout en restant authentique ?
    Partager ses émotions, se servir de sa personnalité et de son passé pour créer un récit sincère, donner enfin à tous l’occasion de participer à ce qui devient une aventure commune, voilà le secret du storytelling. Sept règles simples permettent de s’approprier cette technique unique.
    Engagez-vous dans votre voyage intérieur ; Créez une histoire qui vous ressemble ; Impliquez ceux avec qui vous travaillez ; Restez vous-même ; Projetez-vous ; Personnalisez vos histoires ; Simplifiez.
    Quelles que soient leur personnalité et leur expérience, les grands leaders doivent pour bonne part leur réussite au storytelling. A l’image de Steve Jobs et Jack Welch, mais aussi de Ghandi, Anwar el Sadat, Martin Luther King ou Barack Obama, le dirigeant apprendra, grâce à cet ouvrage très concret, à mettre en scène sa propre histoire pour en faire un levier extrêmement puissant au service de son leadership.


    Le management à l’école du rugby
    218 p., Paris, Dunod, 2007
    Delmas J., Leccia F., Roche L.

    . Comment atteindre l’excellence ?
    . Qu’est-ce qui fait la différence entre une bonne équipe et une grande équipe ?
    . Comment donner aux individualités la capacité à s’exprimer dans un collectif fort ?
    . Quel niveau d’exigence et de performance doit-on se fixer ?
    . Comment dépasser les échecs mais aussi les victoires ?
    En s’appuyant sur leur parfaite connaissance du monde de la haute compétition, des terrains de rugby et du monde de l’entreprise, les auteurs apportent à ces questions des réponses claires et directes. Ils montrent en particulier ce que des valeurs propres au rugby, comme la culture du partage et la solidarité, apportent au management dans l’entreprise.
    Ecrit dans un style clair, cet ouvrage s’adresse à tous les managers-coachs qui souhaitent développer leurs compétences et celles de leurs équipes par une voie originale et stimulante pour l’esprit comme pour le corps.
    Serge Blanco et Laurent Blanc, deux figures du sport d’équipe, signent respectivement la préface et la postface de ce livre.


    Cupidon au travail
    160 p., Paris, Editions d’Organisation, 2006
    Roche L.

    S’il est une question qui hante la vie des entreprises, mais dont on parle à peine, et surtout qui n’est jamais prise en compte très sérieusement, ce sont bien les relations affectives, voire intimes, au travail. Pourtant, et nous le savons tous, elles sont le quotidien de beaucoup de nos collègues.
    Alors les entreprises peuvent-elles y échapper ? La réponse est non, statistiques à l’appui. Ni aucune organisation ni aucune personne n’est à l’abri. Mais les raisons psychologiques qui sous-tendent ces relations, elles, réservent bien des surprises.
    Ainsi, il est montré que les relations affectives, voire intimes, lorsqu’elles sont très supérieures à la « normale », peuvent être considérées comme un « signal faible » qui traduit : ou un stress excessif, une absence tragique d’humanité dans de trop nombreuses formes de management (les relations intimes font donc mécanisme de défense, pour réintroduire de la vie dans un univers dont on sait désormais au sens propre et figuré qu'il peut être synonyme de mort), ou —et le pronostic est évidemment très différent— une capacité à créer, à innover, au sein des entreprises, des organisations, bien au-delà de la « moyenne ».


    Chacun est libre de réussir sa vie
    184 p., Paris, Village Mondial, 2004
    Roche L.

    Pour optimiser nos potentialités, utiliser au mieux notre environnement, notre histoire, le hasard des rencontres et nous donner ainsi les chances d’un véritable épanouissement personnel, nous devons mieux comprendre qui nous sommes et, surtout, savoir ce que nous voulons faire de notre vie.
    Or, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est là très souvent quelque chose de difficile. Ainsi, combien parmi nous ont entrepris des études, choisi un métier et même fondé une famille par conformisme social ou, tout simplement, pour faire plaisir à nos parents ? Mais quand survient la « crise », nous voulons trouver des sources de motivation plus authentiques et en accord avec nous-mêmes.
    Cet ouvrage n’ambitionne pas de donner des recettes, pas plus qu’il ne prétend que nous pourrions définitivement changer. De manière plus modeste, plus réaliste, il nous propose de comprendre comment nous fonctionnons pour faire mieux avec ce que nous sommes. Et il nous y invite de manière originale, en nous entraînant sur les pas des grands héros littéraires (en particulier Les Frères Karamazov de Dostoïevski) et en croisant leurs intuitions et celle de la psychanalyse.
    Parce que nous n’avons qu’une vie et que rien ne vaut une vie... cet ouvrage, passionnant dans sa démarche et qu’il faut lire en continu comme nous le ferions d’un roman, nous aide à donner une direction à notre vie et, ainsi, à retrouver pour la cultiver la part de talent qui existe en chacun de nous.


    Hackers, le 5ème pouvoir
    176 p., Paris, Maxima Laurent du Mesnil, 2002
    Chatelain Y., Roche L.

    . Les hackers sont-ils de super webmasters ou des criminels ?
    . Qui sont réellement ces champions de l’informatique qu’on qualifie souvent de pirates de l’Internet ?
    . Quelles sont leurs motivations ?
    . Les hackers forment-ils (après la religion, le droit, l’État et les médias) un 5ème pouvoir menaçant pour les gouvernements, les entreprises et les particuliers ?
    Cette enquête nous fait découvrir un monde secret qui n’a pas fini de nous inquiéter tant ses rapports avec le Pouvoir sont ambigus et son idéologie changeante. Copies illicites de logiciels, fraudes à la carte bancaire, piratage de lignes téléphoniques, détournements de fichiers...
    De la petite délinquance à la cybercriminalité internationale, en passant par la volonté d’instaurer un réseau Internet totalement gratuit, les hackers sont partout. Ils ont de multiples visages et des motifs d’action souvent inattendus !
    Loin des fantasmes engendrés par l’ignorance, ce livre a pour objectif de permettre à ses lecteurs de mieux cerner un mouvement qui est né avec l’informatique... et qui connaît avec elle un développement fulgurant.


    Internet 2002 : Le webmarketing en action,
    173 p., Paris, Maxima Laurent du Mesnil, 2001
    Chatelain Y., Roche L.

    Ce livre vous fait découvrir le webmarketing : il vous en explique toutes les méthodes et vous en détaille clairement les développements les plus récents... et les plus applicables. Internet 2002, c’est le temps des bulkers, spiders, bots et autres fake chats...
    Ce livre vous apprendra à vous en servir et vous initiera ainsi aux nouvelles méthodes du Border Marketing. Mieux, vous découvrirez l’antimarketing en apprenant ce que sont le smurf, le nuke, le spoofing, le flooding ou le cybersquatt.
    Ecrit par les auteurs du best-seller « Internet : Comment augmenter le trafic sur son site et gagner de l’argent », ce nouveau guide a été conçu pour pouvoir être utile à tous : un pictogramme spécifique (@néophyte, @@lecteur averti et @@@expert) indiquant les différents niveaux de lecture.


    Marketing et cybercriminalité,
    160 p., Paris, Hermès, 2000
    Chatelain Y., Roche L.

    Le marketing du Net ne peut pas se réduire à la transposition des règles habituelles en vigueur. Parce qu’il impose des techniques et des possibilités toujours nouvelles, il dessine de formidables perspectives dans lesquelles il va être (enfin !) possible de commercer avec succès sur la Toile. Cet ouvrage fait un inventaire des nouvelles techniques de marketing sur le Net par les défricheurs (recommandables et moins recommandables) de ces nouveaux territoires commerciaux.


    Internet : Comment augmenter le trafic de son site et gagner de l’argent,
    211 p., Paris, Maxima Laurent du Mesnil, 2000
    Chatelain Y., Roche L.

    . Comment exister au milieu de plusieurs milliards de pages Web ?
    . Comment générer du trafic quand on ne possède pas le budget d’une multinationale ?
    . Pourquoi certains sites, hier inconnus, attirent-ils du jour au lendemain des milliers de visiteurs ?
    Ce livre répond à la question clé pour réussir sur le Web : Quelles sont les techniques à utiliser pour attirer et fidéliser les internautes sur son site? En 5 chapitres extrêmement clairs, ponctués de 20 points marketing, 11 points d’initiation technique et 6 points de droit du Net, les auteurs montrent ce qu’il faut faire pour mettre en ligne un « site qui tourne et qui rapporte ». Très pragmatique, ce guide, indispensable au néophyte comme au spécialiste, analyse et met à plat les techniques marketing des meilleurs sites internet actuels : portails généralistes, moteurs de recherche ou même sites « adultes » qui, aujourd’hui, sont les plus rémunérateurs.


    Cybergagnant
    Technologie, Cyberespace et Développement Personnel
    226 p., Paris, Maxima Laurent du Mesnil, 2000
    Roche L. (sous la direction de)

    Quel est l’impact des nouvelles techniques de l’information et de la communication (NTIC) sur votre efficacité personnelle ? Votre efficacité collective est-elle vraiment accrue par le groupware et les nouvelles formes de réseaux ? Le cyberworld va-t-il augmenter ou diminuer votre stress. Autant de questions où les connaissances des techniques ne suffisent pas pour fournir une réponse adéquate.
    Pour profiter des fantastiques bouleversements induits par les nouvelles technologies de la communication (bureautique, Internet, Intranet, Réseaux, etc.), il faut en comprendre l’influence sur notre façon de penser et d’agir.
    En réconciliant sciences humaines et savoir technologique, les sept spécialistes qui se sont réunis pour écrire ce livre passionnant, ont parfaitement atteint leur objectif : grâce à eux le lecteur comprend mieux pourquoi et comment les nouvelles techniques de l’information et de la communication le changent personnellement et comment il est désormais possible d’en tirer un réel profit... pour devenir vraiment cybergagnant.


    Innovation et Technologie,
    175 p., Paris, Maxima Laurent du Mesnil, 1999
    Roche L., Grange T.

    Dans les entreprises, l’innovation est très certainement le seul véritable moteur de croissance. La capacité à innover et à s’approprier rapidement les percées technologiques doit donc s’inscrire dans la stratégie générale de toute organisation et à tous les échelons hiérarchiques. Mais comment organiser et développer une production efficace et continue d’innovation et de créativité quand il existe, dans les entreprises, des êtres si différents pour le faire ?
    En prenant appui sur des managers capables de promouvoir et d’organiser l’innovation par le développement de la technologie, mais aussi sur les exemples d’Einstein, Nietzsche ou Van Gogh, les auteurs analysent en détail les ressorts et les conditions qui permettent et favorisent l’émergence de la création. Ils établissent les règles d’un management qui encourage l’utilisation et l’optimisation de l’imaginaire créatif de chacun.
    Ainsi, nous ne devons pas viser directement une idée pour qu’elle apparaisse mais poser les questions les plus simples, porter nos efforts sur leur compréhension et même, s’il le faut, aussi paradoxal que cela puisse sembler, renoncer aux premières étincelles de l’innovation pour en recueillir à terme tous les fruits.


    Travailler en groupe avec les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication
    160 p., Paris, L’Harmattan, 1999
    Chatelain Y., Grange T., Roche L.

    Pourquoi se mettre à plusieurs pour résoudre des problèmes ? Ne peut-on pas réussir à les résoudre seul ? Ainsi, Einstein n’aimait pas travailler en groupe. « Les autres me ralentissent » disait-il. Seulement voilà, n’est pas Einstein qui veut ! Les entreprises l’ont bien compris qui intègrent des formations au travail en groupe dans leur programme de formation continue. Travailler en groupe, en effet, cela ne s’improvise pas ! Qui ne connaît des réunions où personne ne s’écoute parler, où l’on ne prend aucune décision et où l’ordre du jour – lorsqu’il existe – n’est jamais véritablement respecté... sans parler des réunions qui, régulièrement, commencent avec trente minutes de retard ?
    Aussi, pour réussir à travailler en groupe et à coopérer ensemble de façon efficace, avons-nous besoin d’établir des règles de fonctionnement sur lesquelles chacun peut s’accorder et se référer. Mais, si ces règles s’avèrent remarquables pour le travail en groupe « classique », c’est-à-dire lorsque les participants sont réunis en un même lieu, avec le développement des NTIC, les règles qui doivent permettre à des personnes séparées parfois par plusieurs milliers de kilomètres de travailler ensemble de manière aussi efficace vont connaître de profonds bouleversements.


    Management et Technologie,
    259 p., Paris, Maxima Laurent du Mesnil, 1998 (Sélectionné / prix Roberval 1999)
    Grange T., Roche L.

    La technologie met à notre disposition des outils aux possibilités quasiment illimités. Aussi, pour affirmer et conserver sa compétitivité, la question que l’entreprise doit se poser n’est plus : « dispose-t-on de la technologie pour mettre en œuvre tel projet ? » mais plutôt : « comment tirer tous les bénéfices de la technologie ? » ou mieux : « maintenant que tout est possible, quel nouveau projet doit-on concevoir ? »
    Désormais, c’est donc la capacité de chacun à imaginer qui devient l’élément moteur de l’entreprise. Si en optimisant la gestion des technologies et celle de l’imaginaire, le Management Technologique répond à ce renversement des perspectives, l’entreprise ne peut plus s’appuyer sur ses modes traditionnels d’organisation pour parvenir à le mettre en œuvre.
    Dès lors, pour intégrer pleinement dans la logique de l’entreprise cette capacité à mobiliser et à gérer l’imagination des hommes et des femmes et pour dégager les ressources de créativité et d’innovation qui assureront sa pérennité, il faut passer par une reconstruction des approches managériales classiques.
    C’est tout l’enjeu du Management Technologique dont ce livre explique comment il favorise l’amélioration des performances caractérisées aujourd’hui par une exigence accrue de vitesse, de coût et de qualité.


    L’Antimanagement
    400 p., Paris, L’Harmattan, 1997
    Roche L.

    Si l’on peut s’en étonner, ou plutôt s’en émouvoir, il est rare, qu’à l’analyse minutieuse, les modes de management tiennent debout (de loin, cela tient, de près, les hommes souffrent). Semblables aux équilibres artistiques, ils ne ressemblent à du Klee ou du Miro qu’à la condition qu’on ne les regarde pas longtemps. Incapables de sortir du filet des concepts admis, les managers ne savent qu’y frétiller de façon bouffonne. D’où la nécessité de commencer par en dénouer les entrelacements et en dissocier les fils. Ainsi sont nés Psychanalyse, Sexualité et Management et La Comédie du Management (Éditions L’Harmattan). Si le premier ouvrage trouvait son assise sur la psychanalyse, le deuxième sur la sexualité, le troisième, sans renoncer ni à la psychanalyse, ni à la sexualité, s’armature sur le management. L’Antimanagement, par une approche claire et raisonnée, montre que le management est certainement, au sein de l’entreprise, la discipline qui, parce qu’elle favorise l’innovation et la création, est la plus technique, la plus complexe, et donc la plus intéressante. Et ce, bien davantage que ne peuvent l’être la comptabilité, la finance, la stratégie, ou même la gestion des ressources humaines, toujours « limitées » et donc extrêmement violentes.


    De la colère du manager au management de la colère,
    147 p., Paris, ESKA, 1997
    Michalon D., Roche L.

    Redoutée parce que trop ou trop peu fréquente, parce que souvent mal dirigée ou trop chargée d’adrénaline, « l’engueulade » dans l’entreprise peut être tout autre chose « qu’un mauvais moment à passer ». Lorsqu’elle est utilisée à bon escient, lorsqu’elle est maîtrisée, lorsqu’elle organise la mise au point réciproque, lorsqu’elle permet de recréer du lien entre les différents acteurs, « l’engueulade », qui est au départ une nécessité humaine, peut devenir un acte de management.
    Aussi, après avoir décrit des attitudes qui pourraient être caricaturales si elles n’étaient si cruellement fréquentes, c’est très sérieusement que les auteurs analysent les origines de ces comportements et proposent « un mode d’emploi de l’engueulade en entreprise » : indications et contre-indications, précautions d’usage, posologie et modes d’administration...
    De la colère du manager au management de la colère : il y a, derrière ce nouveau défi, une marge de progression considérable pour le climat et le mode de fonctionnement de la très grande majorité des entreprises.


    L’entreprise sans la psychologie,
    229 p., Paris, Maxima Laurent du Mesnil, 1997
    Michalon D., Roche L.

    Confrontés aux difficultés de la gestion de hommes, la tentation est grande, pour les managers, de recourir à la psychologie. Or, parce qu’ils n’en maîtrisent que trop rarement les applications, les règles et le cadre, ils encourent le risque d’aggraver les problèmes au lieu de les résoudre. En fait, les managers devraient s’interdire toute « pratique sauvage » de la psychologie.
    Ce livre qui dénonce l’impasse psychologique du management, remet en cause la focalisation des entreprises sur la motivation. Il propose une voie plus raisonnable : celle d’une gestion « objective » du facteur humain qui se sert de l’erreur comme « déclencheur » de progrès et recentre les managers sur l’organisation du travail.
    Cet essai est avant tout constructif. L’entreprise sans la psychologie ne signifie pas qu’il faille cesser de s’intéresser aux individus dans leur travail : il montre pourquoi au lieu d’investir, sous prétexte de motivation, le champ de la personnalité de ses collaborateurs, il faut travailler avec eux en fonction de ce qu’ils font dans l’entreprise et non de ce qu’ils sont.


    La Comédie du Management
    Impenser l’entreprise, l’enseignement de la psychanalyse
    416 p., Paris, L’Harmattan, 1996
    Roche L.

    Le manager qui, sur le titre de ce livre, serait tenté de l’ouvrir peut s’en dispenser, il l’a déjà lu sans le savoir. Un salarié, quelque malicieux qu’il puisse être, ne dira jamais des managers autant de bien ni autant de mal qu’ils en pensent eux-mêmes. Si, malgré cet avis, un manager persistait à lire l’ouvrage, la délicatesse devra lui imposer la loi de ne pas médire de l’auteur où, se privant des approbations les plus à même de le flatter, il a en quelque sorte gravé sur le frontispice de son livre la prudente inscription qui devrait figurer sur la porte de beaucoup d’entreprises : Les managers n’entrent pas ici !
    Tous les salariés souriront en se reconnaissant dans les différentes situations ; mais, chose non moins charmante, tous les managers souriront plus fort en reconnaissant leur collègue ou leur supérieur hiérarchique. La Comédie du Management ou « l’effort pour rendre l’autre fou », c’est sur ce terrain de l’entreprise, où il faut sans cesse batailler pour résister aux pressions et disqualifications, que nous conduit la lecture de cet ouvrage.


    Psychanalyse, Sexualité et Management
    Toute-puissance, impuissance et puissance des managers
    384 p., Paris, L’Harmattan, 1995
    Roche L.

    Dans l’entreprise, les modes de management se succèdent sans jamais réussir à résoudre les problèmes de... management ! Pour comprendre l’origine et la dynamique de ces échecs répétitifs, l’auteur les décortique au crible des principes fondamentaux de la psychanalyse. Ce travail permet de repérer les liens qui existent entre la sexualité des managers, les modes de management mis en œuvre et les échecs qui y sont associés. Cet ouvrage d’une grande rigueur ne propose pas seulement une analyse de ce processus. Par sa vision radicalement nouvelle de ce qui se joue et se rejoue dans l’entreprise, il décrit très précisément les conditions déterminantes pour rompre cette spirale de l’échec. Enfin, par la mise en lumière des relations qui existent entre le management, la vie, la mort, le désir et la création, cet ouvrage ambitionne de donner au management une assise et une dimension physiques parce que vécues et non plus seulement intellectuelles parce que seulement pensées.
  • Articles (exemples)

    SADOWSKY J., ROCHE L., (2005), “La féminisation du leadership”, Humanisme et Entreprise, n°274, décembre, pp. 89-100.
    SADOWSKY J., ROCHE L., (2005), “Leadership best practice: providing a sense of deeper purpose”, Business Leadership Review, Vol. 2, Issue 3.
    ROCHE L., (2005), « L’Entreprise Culture », Gestion 2000, Editorial, n°1, pp. 17-35.
    SADOWSKY J., ROCHE L., (2004), “Stories and Legends: an example of best practice of Leadership in a High-tech environment”, Business Leadership Review, 1.3,
    http://www.mbaworld.com/bblrarticle.php?article=15&;page=1, 5 p.
    COSTE D., ROCHE L., (2004), « La place de l’art plastique dans une école de management », Humanisme et Entreprise, n°266, août, pp. 37-51.
    SADOWSKY J., ROCHE L., (2003), “The Power of Stories (I): A Discussion of why Stories are Powerful”, Int. J. Information Technology and Management, Vol. 2, No. 4, pp. 377-388.
    SADOWSKY J., ROCHE L., (2003), « La force des histoires et des légendes dans l’édification de la culture des entreprises high-tech (2) : Le cas de Nick Heys et d’E-Mail Vision », Gestion 2000, n°6, pp. 17-31, novembre-décembre.
    ROCHE L., GRANGE T., (2003), « Ce que veut dire ‘Être un bon enseignant’ », Humanisme et Entreprise, n°262, décembre, pp. 1-12.
    ROCHE L., (2003), « La Start-up est Volonté de puissance : Philosophie et management de la création de valeurs », Market Management, n°1, pp. 56-64 ; article paru dans une forme adaptée aux organisations in SADOWSKY J., ROCHE L., (2003) « La Start-up est Volonté de puissance – Regard de la philosophie sur l’organisation », Humanisme et Entreprise, n°258, pp. 101-108, avril.
    ROCHE L., (2002), « E-Management, E-GRH... Leurres et désillusions », Humanisme et Entreprise, n°256, pp. 101-112, décembre.
    SADOWSKY J., ROCHE L., (2002), « La force des histoires et des légendes dans l’édification de la culture des entreprises high-tech », Gestion 2000, n°4, pp. 15-31, juillet-août.
    ROCHE L., GRANGE T., (2002), « Pour un enseignement de la compétition – Introduction à la pédagogie différenciée », Humanisme et Entreprise, n°253, pp. 57-68, juin. Article également paru sous les références ROCHE L., GRANGE T., (2004), « Pour un enseignement de la compétition », Revue Francophone de Gestion, http://www.cidegef.refer.org, 10 p.
    SADOWSKY J., ROCHE L., (2002), « Réconcilier NTIC et humanisme », Revue Française de Gestion, vol. 28, n°138, pp. 65-73, avril-juin.
    ROCHE L., (2002), « L’esprit “start-up”, Pourquoi créer une culture d’entreprise dans une start-up ? », Market Management, n°2, pp. 13-26.
    ROCHE L., (2001), « Internet 2001, Défis d’hier et à venir – État des lieux », Humanisme et Entreprise, n°248, pp.74-100, août.
    SADOWSKY J., ROCHE L., (2001), « Contes et légendes des firmes high-tech », Expansion Management Review, n°100, pp. 62-66, mars.
    SADOWSKY J., ROCHE L., (2000), « La résistance des salariés à la high-tech », Expansion Management Review, n°99, pp. 44-50, décembre.
    ROCHE L., (2000), « Internet, l’ombre de la croix : Principe de plaisir et principe de réalité du Net », Market Management, n°3, pp. 20-35.
    ROCHE L., CHATELAIN Y., (2000), « L’impact des NTIC sur les hommes et les femmes », Humanisme et Entreprise, n°242, pp. 93-104, août.
    JOLLY D., ROCHE L., (2000), « La high-tech bichonne ses talents », Expansion Management Review, n°97, pp. 72-80, juin.
    ROCHE L., CHATELAIN Y., (1999), « Travailler en groupe avec les NTIC », Humanisme et Entreprise, n°237, pp. 33-44, octobre.

    Autres (exemples)

    ROCHE L., (2007), “Les acheteurs, ces mal-aimés ”, La Lettre des Achats, n°153, septembre 2007, pp. 62-63.
    ROCHE L., (2007), “On ne montre jamais autant que ce qu’on veut cacher... ”, liberation.fr, vendredi 2 février 2007.
    GRANGE T., ROCHE L., (2003), « Apprendre à penser autrement », in « Que seront les DRH demain ? », Education & Management, août, pp. 13-14.
    ROCHE L., (2003), « L’engueulade et ses vertus dans le management moderne », Personnel/ANDCP, 440, juin, pp. 6-8.
    JOLLY D., ROCHE L., (1999), « Les spécificités de la GRH dans les entreprises high-tech », Management et Conjoncture Sociale, 10 mai, n°556, pp. 25-32.
    ROCHE L., (1998), « Motivation : utopie managériale ? », Personnel/ANDCP, n°386, janvier-février.
    MICHALON D., ROCHE L., (1997), « L’organisation, cette inconnue », Direction et Gestion, n°166, novembre.
    ROCHE L., (1997), « Psychanalyse et management », Le Journal des Psychologues, n°151, octobre.
    MICHALON D., ROCHE L., (1996), « De l’entropie à l’anthropie », Personnel/ANDCP, n°372, août-septembre.
    MICHALON D., ROCHE L., (1996), « Des fonctions opérationnelles aux fonctions stratégiques », Direction et Gestion, n°157, juin.
    ROCHE L., (1995), « Pour un enseignement de la complexité », Stratégies Ressources Humaines, avril.
    ROCHE L., (1994), « Du juste à temps au temps juste », Stratégies Ressources Humaines, juillet.
    ROCHE L., (1994), « Deuil du travail, travail de deuil », Stratégies Ressources Humaines, février.
  • Écriture de chapitres et de textes dans un ouvrage collectif (exemples)

    SADOWSKY J., ROCHE L., (2005), « Narrations, Histoires et légendes : techniques de management des entreprises high-tech », pp. 157-183, in LEBERRE M., MATMATI M., (éds.), Moderniser la gestion des hommes dans l’entreprise, pp. 157-183, Paris, Liaisons sociales.
    GRANGE T., ROCHE L., (2005), « La place de l’imaginaire dans l’entreprise », pp. 205-207, in MUSSO P., PONTHOU L., SEUILLET E., (éds.), Fabriquer le futur, intégrer l’imaginaire dans la création des produits et services de demain, 232 p., Paris, Village Mondial.
    CHATELAIN Y., ROCHE L., (2001), « L’hackting marketing : entre antimarketing et cybercriminalité », pp. 185-206, in RAVOT P., (éd.), Le Webmarketing, 224 p., Paris, Hermès.
  • En auteur seul

    ROCHE L., (2002), « Un cas de reprise d’entreprise – Frachon Père & Fils » – CCMP, H0436.
    ROCHE L., (2000), « Travail en groupe et NTIC » – CCMP, H0421.
    ROCHE L., (2000), « Le management de l’Innovation chez Alcatel, Atmel, SCI France, Valeo, Hewlett Packard » – CCMP, H0420.
    ROCHE L., (1999), « Littérature et Management – La solitude du décideur » – CCMP, H0397.
    ROCHE L., (1999), « L’affaire Coca-cola – Crise et management de la crise » – CCMP, H0394.
    ROCHE L., (1998), « Motivation et Coupe du Monde 1998 » – CCMP, H0388.


    En coauteur

    ROCHE L., JALOUZET J., SADOWSKY J., (2006), « Organisation & Leadership, Le Cas de la Clinique de San Pio X » – CCMP, H0496.
    ROCHE L., SADOWSKY J., (2003), « Une action de coaching – Le cas Nick Heys & E-Mail Vision » – CCMP, G1206.
    ROCHE L., SADOWSKY J., (2003), “Creating and Implementing Corporate Culture – Nick Heys and Tim Bilodeau” –CCMP, G1207.
    JOLLY D., ROCHE L., (1999), « SCI, Gemplus, Alcatel, Microelectronics » – CCMP, H0395.
  • Présentation de la collection

    La collection « Management et innovation » propose des ouvrages de réflexion, d’enseignement innovants, ou mettant en œuvre une approche innovante dans les sciences de gestion. Elle met en avant l’expertise acquise en termes de management de la technologie et de l’innovation et aborde des thèmes qui interviennent sur deux aspects fondamentaux de l’entreprise : (1) l’intégration des technologies dans l’organisation de l’entreprise pour créer de la valeur ; (2) le management de l’innovation pour accompagner et accroître la performance durable de l'entreprise.
    Ecrits par des enseignants de grandes écoles, des universitaires, des praticiens, les ouvrages de cette collection sont des outils conceptuels rigoureux destinés à la formation initiale des futurs cadres d’entreprise comme à la formation continue des managers.


    Ouvrages publiés et à paraître

    Le Loarne-Lemaire S.
    Is Innovation Gendered? Forthcoming, 2013

    Another way to investigate the innovation process by firms.
    The most advanced research for exploring the role of female within the economic life.


    Lesavre L.
    Scènes de management, petit manuel du théâtre d'entreprise, à paraître, 2013


    Meyronin B., Munos A. (sous le direction de)
    Manager l’innovation, 2012

    Des boutiques Nespresso aux Apple Store, l’innovation par le service transforme les modèles économiques et remet en cause les frontières entre les secteurs d’activité. Elle est devenue incontournable : à l’heure de la désindustrialisation, les entreprises doivent impérativement faire évoluer leurs offres afin de résister à la concurrence en inventant de nouvelles prestations pour accompagner leurs produits. Bien plus, elles doivent entrer, culturellement, dans le paradigme de l’économie de service qui domine aujourd’hui le contenu des échanges.
    Cet ouvrage transdisciplinaire dresse un état des lieux des différents concepts clés du management de l’innovation par le service, et présente des pratiques empruntées à différents métiers : transports, santé, tourisme, etc. Il donne la parole à des enseignants-chercheurs ainsi qu’à des praticiens. Ce faisant, il répondra aux besoins des enseignants, des étudiants et des managers.
    Il ambitionne de combler un vide : celui d’un ouvrage collectif et francophone proposant une lecture récente de cette question majeure.


    Chapelet B., Leberre M. (sous la direction de)
    Producing New Knowledge on Innovation Management, 2012

    This book disseminates the best research contributions on Innovation Management of the Doctors of the internationally recognized DBA program of Grenoble École de Management.


    Chanal V . (sous la direction de)
    Business Models dans l’innovation, 2011

    L’innovation technologique, qu’elle soit conduite par des start-ups ou par de grandes entreprises, n’est plus une condition suffisante de la création de valeur.
 Créer de la valeur sur des marchés nouveaux nécessite le plus souvent de repenser l’organisation de l’entreprise, ses partenariats stratégiques, ses modèles de revenus, autrement dit, son business model.
Cet ouvrage se veut un guide pour les porteurs de projets d’innovation en leur fournissant des outils de compréhension et d’analyse de la dimension stratégique de leur projet. Les études de cas présentées sont le fruit d’une collaboration étroite entre les porteurs de chacun des projets et des chercheurs en management de l’innovation reconnus.
Au travers de ces cas, trois grandes problématiques sont abordées : l’identification des sources de valeur chez les clients potentiels, la position que l’entreprise pourra prendre dans son écosystème et enfin l’évolution des business models dans le temps. Sur chacun des cas, le lecteur aura accès à une compréhension fine des problèmes stratégiques posés par l’innovation ainsi que des outils de management mis en œuvre pour aider à réfléchir et à agir.


    Nacer-Eddine S.
    Innovations comptables internationales et analyse des états financiers, 2011

    Avec la globalisation des marchés et la consolidation de leur interdépendance, l’information financière est au centre de l’économie moderne. L’avènement de l’économie globalisée a généré une mutation, donnant lieu notamment à une harmonisation internationale des principes comptables et à de nouvelles exigences qualitatives de l’information financière.
    Ces changements ont favorisé l’émergence d’un nouveau corpus théorique en comptabilité, et fait évoluer la science comptable vers un outil de management par les chiffres. Ils ont également donné naissance à de nouveaux modes de pensée, à de nouveaux comportements managériaux, ainsi qu’à un système comptable international (IAS-IFRS) qui a bouleversé le monde de la comptabilité.
    L’ouvrage Innovations comptables internationales et analyse des états financiers fait le point sur les modifications introduites par le référentiel IFRS et illustre ses effets dans la comptabilité générale d’entreprise, la comptabilité de groupe, et l’analyse financière.